Souvenirs vétéran

84 / 100 Score SEO

 Souvenirs vétéran.

Au cours du conflit maroco-algérien , des recrutements de jeunes citoyens marocains ont eu lieu. Vers octobre 1963, ceux titulaires du CEP ou niveau scolaires secondaires ont été choisis et recrutés. 

Puis au début de décembre de la même année, une équipe militaire à bord de camion REO ont été au rendez vous avec plusieurs jeunes déjà prévenus de la venue de cette équipe à Boulemane . C’est le GLS de Akkari Rabat qui était à l’honneur. C’est ma première tentative de devenir soldat.


Après une brève visite médicale subie devant un médecin militaire français, nous fûmes embarqués entassés à bord de ces REO. Un parcourt nocturne pour débarquer au Camp Hassan Rabat. Une seconde visite médicale entreprise pour  être en tenue militaire.

Après, c’est le début de la formation commune de base militaire. Trois  mois passés, j’avais regagné Temara où je serais fourrier , pointeur d’arme d’appui . J’avais quitté Temara  pendant un plus de trois pour suivre un stage de spécialiste militaire. 

J’étais le meilleur des meilleurs  à l’examen final jetais le premier avec un écart deux pas  en tête.

Ce stage a duré trois mois, je fus de retour à Ben Slimane où ma nouvelle unité d’affectation est implantée. Je fus désigné comptable d’une unité élémentaire et je donnais coup de main à quelques-uns de mes supérieurs sur le plan topographique, dessin des plans d’alerte et enlèvement.

J’ai amélioré mon niveau scolaire par correspondance de l’école universelle et écoles des sciences et arts de Paris. J’avais gagné l’estime de mes chefs. Par la suite, je me fus inscrit à EURELEC Maroc. Mais ça n’a duré que deux mois, j’abandonnai.

Sur le plan topographique, j’avais tracé manuellement le plan d’une zone de manœuvre s’étendant de Bou Lhou à la montée est de Oued El Maleh. J’avais recopié tout ce qui figure sur une carte militaire  de l’échelle 1/50000 sur un papier calque mais que j’ai à l’échelle de 1/25000.

Voici un aperçu sur des campagnes militaires auxquelles j’avais pris part:

1977: Opération essuie-glace. Début 1°août  pour prendre fin le 5 novembre de la même année. Ça été démarrée depuis le désert Lahmada pour en finir sur la côte atlantique précisément au port de Laayoune. Le cinq novembre de la même année marqua la fin de cette opération pour un retour à Casablanca.

Après une mission spéciale à Menara Marrakech de très s très courte durée, c’est une autre destination  a partir de l’aéroport de Nouasser ce huit décembre 1977. Un pont aérien, constitué par la flotte de la RAM et ces avions Hercule C130,  nous amène au territoire maure.

esg

ratis

Le 8 décembre 1977 c’est le jour où j’étais de retour vers une autre zone de bataille. C’est dans l’accord militaire maroco-mauritanien que j’avais quitté Casablanca au sein de mon unité d’origine à la désignation du aéroport mauritanien de Nouadhibou. Notre mission de sécuriser les banlieues de Nouadhibou et Laguira. Bien sûr à l’instar de nos compatriotes et compagnions d’armes au delà de la frontière  de Bir Mogrine ,Zouirat et Attar.

Le 14 août 1978, marquant le jour où l’administration mauritanienne s’est retirée de Oued De Dahab et Laguira quoique nous étions en alerte renforcée ou confinement dans les tranchées, postes , c’est une grande joie et fierté pour nous de célébrer sur les lieux  c’est avènement historique.

Le 31 janvier 1979 marqua la fin de mission à Nouadhibou et Laguira, nous sommes de retour vers Agadir par voie maritime à bord de Tizi N’Ticha. Une fois débarqués à Agadir, nous étions sur la chaîne Ouarkziz .Delà, la grande opérationnelle et éphémère a eu lieu le 13 ou 14 mai 1980 pour sécuriser les banlieues de Zag.

Le 1° juin 1981 , je quittai cette zone opérationnelle pour rejoindre ma nouvelle unité déployée à l’ouest Es Smara. Pour atteindre Amgala le début de 1984. Souffrant d’une maladie chronique j’avais très souffert .Voici des preuves illustrées.Carnet 2Bde 2Bsoinsimag 2B33

 

84 / 100 Score SEO
FacebookTwitterEmail

K

NewStatPress Stats

Visits today: _